L’ART DE LA REPRISE

Souvent, la Souterraine s’amuse aussi à encourager la valorisation du patrimoine mondiale de la chanson francophone en proposant des volumes de reprises de chansons plus ou moins connues, spécifiques à un auteur – pour le moment uniquement des hommes (Léo Ferré, Dominique A et Matthieu Boogaerts) – ou non.

La première reprise iconique diffusée sur notre plateforme est une version hallucinante de pertinence du Chanteur de Daniel Balavoine par les Bruxellois Carl et les Hommes-Boîtes (désormais appelés plus sobrement Les Hommes-Boites), intégrée sur le VOL. 4, en septembre 2014. On avait alors proposé à ces expérimentateurs belges de s’attaquer à un répertoire populaire – Balavoine à l’époque était dans l’air du temps, visiblement

Nous avons ensuite publié 3 volumes pleins de réinterprétations actuelles de chansons issues du patrimoine global francophone : La Souterraine retient la nuit, en février 2016 (avec des reprises d’Yves Simon, David Lafore, Françoise Hardy, Frank Black, Ennio Morricone, Alain Peters, Rihanna, Michel Berger, Jeanne Moreau et Claude François)et puis Trompe le monde, en mai 2016 (Indochine, Michel Polnareff, Nancy Holloway, Louis-Ferdinand Céline, Cléa Vincent, Alain Souchon, Victor Jara, Gilbert Bécaud, Trust, et Maurice Ravel), et puis Frappe-ton-coeur, en novembre 2017 (Rita Mitsouko, Richard Gotainer, Gary Low, le générique de Belle & Sébastien, Léo Ferré, My Brightest Diamond, Jeanne Moreau, The Doors, la BO de Merlin l’enchanteur, Dalida et The Misfits).


Focale ensuite sur des auteurs en particulier, au gré des occasions proposées : c’est tout d’abord en partenariat avec Tôt ou tard que nous avons construit La Souterraine ondulée, 10 ritournelles autour de Matthieu Boogaerts (octobre 2016), compilation de reprises dudit Matthieu, à l’occasion de la sortie de son album Promeneur. C’est la Route du Rock qui est à l’initiative du Courage des oisifs (janvier 2017), ouvrage hommage à Dominique A, regroupant des reprises réalisées par 10 artistes actifs du vivier souterrain du moment, et accompagnant les Champs électriques, un événement organisé en février 2017 aux Champs Libres à Rennes, où certains artistes de la compilation ont été programmés à jouer.
Mais c’est La Souterraine, C’est Extra, 13 reprises de Léo Ferré (avril 2018) qui est le projet à l’amplitude la plus large : La Mémoire et la Mer (la société d’éditions et label géré par Matthieu Ferré, le fils de Léo) et les Éditions Méridian, éditeur de l’oeuvre, ont en effet produit 13 reprises, dont 7 enregistrées au Labomatic Studios par le super groupe liant Benjamin Glibert et Julien Gasc d’Aquaserge à Émile Sornin de Forever Pavot. Le répertoire de l’album s’est ensuite vu adapté sur scène par une formation inventée pour l’occasion, L’Extragroupe, composé de Guillaume Marietta, Carol Teillard (Biche, Catastrophe), des 2 Alexis (Fugain et Croisé, de Biche), Eddy Crampes, Sarah Maison et P.R2B (puis HJV du COEFF pour lui succéder). La création du spectacle a été porté par Limitrophe et le Festival Avec le temps, à Marseille, et a tourné partout en France et ailleurs (dont le Centre Pompidou, le Lieu Unique à Nantes, le Théâtre Sorano à Toulouse, ou les Francofolies de la Rochelle et de Montréal). Plus d’informations sur le sujet à lire dans la section Les opérations spéciales de ce site.


Comble de nos recherches dans la reprise, INTRAMUROS, 13 méta-reprises souterraines, juin 2018) est publié en juin 2018, regroupant 13 reprises de chansons publiées antérieurement sur souterraine.biz, démontrant tout le jeu à tiroir et l’esprit marabout de ficelle de notre affaire (Aquaserge repris par Train Fou, Thomas Pradier par Lionel Vinciguerra, Requin Chagrin par Thomas Pradier, Julien Gasc par Princesse, Rémi Parson par l’Italien Stop the Wheel qui chante en phonétique, Jaune par Mathias Elichabehere, Les Lignes Droites par Chatou, Taulard par Lifestolz, Lifestolz par Laurent Boudin, Eddy Crampes par Corte Real, Institut par Dockland et Pépite par 2024). On est d’ailleurs toujours en demande de méta-reprises, donc n’hésitons pas à les envoyer ici, on publiera.


On note enfin aussi les adaptations des poèmes de Ronsard par Sabine Happard, disponibles ici en versions démo (Jungles, en janvier 2019), réenregistrées récemment et bientôt pressées sur une des 2 faces de son premier disque vinyle, l’autre face étant remplie de sa mausolée tape hommage à Jean-Luc Le Ténia, preuve concrète de notre TENIAMANIA (une douzaine de mausolée tapes de reprise de JLLT et 2 volumes multi-artistes publiés à ce jour).


Et puis, on retrouve toujours pas mal de reprises semées tout au long de nos sorties, par exemple celle de Les hommes, d’Henri Tachan, par le Stéphanois Claustinto, à retrouver sur RURBAINES, ou bien celles jouées lors de notre cycle à la Maison de la Poésie, comme Si la photo est bonne de Barbara chantée par P.R2B accompagnée de Charlie O. au wurlitzer ou C’est normal d’Areski / Fontaine par le Groupe Mostla ou même Où je vais la nuit de Katerine chanté par Sabine Happard.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *